Subjects -> ART (Total: 882 journals)
    - ART (468 journals)
    - DANCE (26 journals)
    - FILM AND AUDIOVISUALS (125 journals)
    - MUSIC (171 journals)
    - THEATER (92 journals)

ART (468 journals)            First | 1 2 3     

Showing 401 - 264 of 264 Journals sorted alphabetically
Shanlax International Journal of Arts, Science and Humanities     Open Access  
Siècles     Open Access   (Followers: 1)
Significação : Revista de Cultura Audiovisual     Open Access  
Simbiótica     Open Access  
Sin Objeto : Arte, Investigación, Políticas     Open Access  
SIRJANĀ – A Journal on Arts and Art Education     Open Access   (Followers: 2)
SOBRE. Prácticas artísticas y políticas de la edición     Open Access  
Soletras Revista     Open Access  
Sound Studies : An Interdisciplinary Journal     Hybrid Journal  
Source: Notes in the History of Art     Full-text available via subscription   (Followers: 2)
South African Journal of Philosophy = Suid-Afrikaanse Tydskrif vir Wysbegeerte     Hybrid Journal   (Followers: 4)
South Central Review     Full-text available via subscription  
Southern Quarterly     Full-text available via subscription   (Followers: 2)
SPAFA Journal     Open Access  
Spirale : Arts, Lettres, Sciences humaines     Full-text available via subscription  
Sport and Art     Open Access   (Followers: 1)
Strategic Design Research Journal     Open Access   (Followers: 1)
Studia austriaca     Open Access   (Followers: 1)
Studia theodisca     Open Access  
Studia Vernacula     Open Access  
Studies in American Humor     Full-text available via subscription  
Studies in Ancient Art and Civilization     Open Access   (Followers: 3)
Studies in Art Education : A Journal of Issues and Research     Hybrid Journal  
Studies in Comics     Hybrid Journal   (Followers: 6)
Studies in Costume & Performance     Hybrid Journal  
Svenskt Gudstjänstliv     Open Access  
Swedish Journal of Romanian Studies     Open Access  
T'oung Pao     Hybrid Journal   (Followers: 16)
Tahiti     Open Access  
Tampa Review     Full-text available via subscription  
Teaching Artist Journal     Hybrid Journal   (Followers: 3)
Technè     Open Access  
Techne Series : Research in Sloyd Education and Craft Science A     Open Access   (Followers: 1)
Technoetic Arts a Journal of Speculative Research     Hybrid Journal  
Tenso     Full-text available via subscription   (Followers: 2)
Tercio Creciente     Open Access  
The Eighteenth Century     Full-text available via subscription   (Followers: 35)
The Massachusetts Review     Full-text available via subscription   (Followers: 1)
The Post     Open Access  
The Poster     Hybrid Journal   (Followers: 1)
The STEAM Journal     Open Access   (Followers: 1)
The Velvet Light Trap     Full-text available via subscription   (Followers: 7)
TicArtToc     Full-text available via subscription  
Tidsskrift for kulturforskning     Open Access  
Todas as Artes     Open Access  
Tracés     Open Access  
Trocadero     Open Access  
Tsantsa. Revista de Investigaciones Artisticas     Open Access  
TV/Series     Open Access  
Tydskrif vir Geesteswetenskappe     Open Access  
UJAH : Unizik Journal of Arts and Humanities     Open Access  
Uncommon Culture     Open Access  
Urdimento : Revista de Estudos em Artes Cênicas     Open Access  
Virtual Creativity     Hybrid Journal   (Followers: 1)
Visual Arts Research     Full-text available via subscription   (Followers: 7)
Visual Computing for Industry, Biomedicine, and Art     Open Access  
Visual Inquiry : Learning & Teaching Art     Hybrid Journal   (Followers: 5)
Visual Resources: An International Journal of Documentation     Hybrid Journal   (Followers: 2)
Visualidades     Open Access   (Followers: 1)
Voice and Speech Review     Hybrid Journal  
VRA Bulletin     Open Access   (Followers: 3)
West 86th     Full-text available via subscription   (Followers: 5)
William Carlos Williams Review     Full-text available via subscription   (Followers: 1)
Women and Music: A Journal of Gender and Culture     Full-text available via subscription   (Followers: 12)
Word & Image: A Journal of Verbal/Visual Enquiry     Hybrid Journal   (Followers: 13)
World Art     Hybrid Journal   (Followers: 5)
World of Antiques & Art     Full-text available via subscription   (Followers: 5)
WSQ: Women's Studies Quarterly     Full-text available via subscription   (Followers: 15)
Zeitschrift für Ästhetik und allgemeine Kunstwissenschaft     Full-text available via subscription   (Followers: 4)
Zibaldone : Estudios Italianos     Open Access  
Культура і мистецтво у сучасному світі     Open Access  
Текст і образ : актуальні проблеми історії мистецтв / Text and Image : Essential Problems in Art History     Open Access  

  First | 1 2 3     

Similar Journals
Journal Cover
Tracés
Number of Followers: 0  

  This is an Open Access Journal Open Access journal
ISSN (Print) 1763-0061 - ISSN (Online) 1963-1812
Published by OpenEdition Journals Homepage  [452 journals]
  • 40 2021 – Matières vivantes

    • Abstract: Couverture Tracés Ce numéro de Tracés cherche à promouvoir des démarches scientifiques en sciences sociales qui ont à cœur de rematérialiser leurs objets, de donner vie à une matière trop souvent considérée comme inerte et de réexaminer les rapports entre les mondes humains et non humains, au-delà des dichotomies. S’appuyant sur les renouveaux tant empiriques que conceptuels portés par le courant dit des « nouveaux matérialismes », ce volume entend les mettre au travail sans craindre de les confronter à d’autres univers théoriques et sans donner congé à des formes plus classiques de matérialisme non réductionniste, en particulier issues de la tradition marxiste. Ce numéro de Tracés dresse un panorama d’approches contemporaines de la matière en empruntant trois directions complémentaires. La première se concentre sur les enjeux scientifiques, éthiques et politiques de la prise en compte des organismes vivants, humains et non humains, dans leur matérialité. La deuxième s’intéresse aux relances et reconfigurations du matérialisme historique quand il se trouve aux prises avec des problèmes qu’il avait, certes, parfois anticipés, mais le plus souvent négligés. La troisième est une plongée dans les diverses recompositions suscitées par ces perspectives qui remettent radicalement en question les grands partages ontologiques et épistémologiques et qui interrogent le statut et le rôle que jouent les récits sensibles dans nos existences comme dans la fabrique du savoir. This issue of Tracés seeks to promote scientific approaches in the social sciences that aim to rematerialize their objects, to give life to matter, which is all too often considered inert, and to re-examine the relationships between human and non-human worlds, beyond dichotomies. Drawing on the empirical and conceptual revivals of so-called New Materialisms, this volume intends to examine them in confrontation with other theoretical universes without rejecting more classical forms of non-reductionist materialism, including lines of research stemming from the Marxist tradition. This issue of Tracés offers an overview of contemporary approaches to matter following three complementary directions. The first focuses on the scientific, ethical and political stakes of taking into account living organisms, human and non-human, in their materiality. The second deals with the revival and reconfiguration of historical materialism when confronted with problems that it had sometimes anticipated, but most often neglected. The third part immerses us in the various recompositions brought about by these perspectives, which radically call into question the great ontological and epistemological divisions, as well as the status and role that sensitive narratives play both in our existences and in the making of knowledge.
      Matières vivantes [Texte intégral] Amina Damerdji, Anthony Pecqueux et Matthieu Renault Living Matter
      Articles
      Du « faire avec » au « devenir avec » la nature en système maraîcher : l’émergence d’agricultures sympoiétiques [Texte intégral] Aurélie Javelle From “making with” to “becoming with” nature in a market gardening system: the emergence of sympoietic agriculture
      Des natures historiques. Renouée avec le matérialisme spéculatif [Texte intégral] Paul Guillibert Historical natures. Knotweed and speculative materialism
      Sous la menace du corps. Travail, organismes et appréciation de soi dans les plantations industrielles au Cameroun [Texte intégral] Guillaume Vadot Threatening bodies. Work, organisms and self-appraisal in the industrial plantations of Cameroon
      Mutations du mythe de l’ADN, étapes de matérialisation du gène [Texte intégral] Sonia Dheur et Sven J. Saupe Mutations of the DNA myth, milestones of the materialisation of the gene

      PubDate: 2022-02-03
       
  • 41 2021 – Batailles de la faim

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0343-5 La faim est un phénomène construit, inhérent aux sociétés humaines, quels que soient le niveau de ressources disponibles, les régimes politiques ou de gouvernance. Les relations entre faim et politique sont étroites : la faim cristallise des rapports de force et de pouvoir, donnant lieu à des batailles plurielles, tant matérielles que symboliques. Dans ce numéro, les textes soulignent les expériences vécues, les pratiques et les normes des acteurs, individuels, collectifs et institutionnels, et leurs multiples conflits et intérêts en jeu. Le double prisme politique et empirique retenu ici apparaît généralement comme un angle mort, voire un impensé, pour de nombreuses institutions (appareils d'État, acteurs de l’aide et du développement, etc.), qui déclinent la lutte contre la faim en objectifs normés, selon un processus souvent présenté comme consensuel. Or, la nature des pouvoirs et des visions antagoniques de la faim contredit les lectures technocratiques : les batailles naissent et se cristallisent du fait de rapports de domination, de logiques et d’intérêts opposables. Le dossier aborde ainsi les controverses autour de la définition et de la délimitation de la faim ; la faim comme source de revendication de droits et de ressources, ou comme outil de protestation et d’actions collectives ; l’utilisation de la faim à des fins de contrôle social et politique des populations. Ce faisant, nous espérons apporter des connaissances et des pistes de réflexion qui contribueront à faire de la faim un problème public et de l’alimentation un bien commun. Hunger is a constructed phenomenon, inherent to human societies, whatever the level of available resources, political regimes, or governance. The relationship between hunger and politics is tight: hunger crystallises a balance of power giving rise to multiple battles, both material and symbolic. The texts presented here highlight the lived experiences, practices and standards of individual, collective and institutional actors, and their multiple conflicts and interests at stake. The double political and empirical prism adopted here generally appears to be a blind spot, or even an unconsidered topic, for many institutions (states, aid and development organisations, etc.), which define the fight against hunger in terms of standardised objectives, according to a process often presented as consensual. However, the nature of powers and antagonistic visions of hunger contradicts these technocratic readings: battles arise and crystallise as a result of relations of domination, opposing logics and interests. This issue addresses the controversies about the definition and delimitation of hunger; hunger as a source of demands for rights and resources, or as a protest tool; the use of hunger for the social and political control of populations. With this Tracés issue, we hope to provide knowledge and insights that will contribute to making hunger a public problem and food a common good.
      Éditorial
      Batailles de la faim : jeux d’acteurs, d’échelles et de pouvoir [Texte intégral] Pierre Janin, Natalia La Valle, Anne Lhuissier et Thomas Ribémont Battles of hunger: Stakeholders, scales and power games
      Articles
      Quand la faim demeure. Politique et aide humanitaire dans une région marginalisée d’Éthiopie [Texte intégral] Alice Corbet When hunger remains. Politics and humanitarian aid in a marginalised region of Ethiopia
      « Remettre la vie parmi nous ». Expériences de la faim et organisation paysanne dans le Bas Nord-Ouest haïtien [Texte intégral] Flore Dazet “Bring life back amongst us”. Experiences of hunger and organisation of farmers in the department of lower North-West Haiti
      Qu’est-ce qu’un cas de mortalité par la faim ? La surmortalité par la famine en débats au Bengale colonial (1873-1875) [Texte intégral] Éléonore Chanlat-Bernard What is a “case of death by starvation”? Controversies about the famine mortality rate in colonial Bengal (1873-1875) ...
      PubDate: 2021-12-31
       
  • 39 2020 – Documenter l’université qui lutte

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0343-5 979-10-362-0228-5 2020 a été une année particulière à bien des égards : le Covid-19, mais aussi la forte mobilisation contre la loi de programmation de la recherche en France, y compris au sein des revues de sciences humaines et sociales qui ont été nombreuses à se positionner en lutte. Tracés, comme d’autres revues, s’est déclarée en grève puis a repris ses activités au cours d’un printemps pas comme les autres… C’est dans ces conditions qu’est adoptée l’idée de chambouler notre calendrier, de changer la thématique prévue pour ce numéro. Il nous importait de faire un numéro mobilisé qui rende compte de ce qui s’est joué au cours de cette année inhabituelle. Et puisqu’il n’était pas possible dans cette temporalité de fabriquer des articles comme nous le faisions habituellement, l’enjeu est devenu précisément de penser et de faire un pas de côté par rapport à nos manières de faire, et par rapport aux contenus mêmes qui sont les nôtres. Documenter, c’est faire ce pas de côté aussi comme manière de refuser une course à l’excellence qui nous demande de produire plus et plus vite, et dans un système d’évaluation toujours plus global et complexe. Plus qu’une autocritique, ce numéro suggère de se repositionner au sein d’un processus temporel scientifique dans une nécessaire et salutaire lenteur, et donc de prêter plus d’attention à la matière des sciences humaines et sociales, ainsi qu’à la fabrique de ses écritures. 2020 was a special year in many ways: Covid-19, but also the strong mobilization against the Research Programming Law in France, including within humanities and social science journals, many of which have positioned themselves in the fight. Tracés, like other journals, declared itself on strike and then resumed its activities during a spring like no other... It is under these conditions that the idea was adopted to turn our calendar upside down, to change the theme planned for this issue. It was important for us to make a mobilized issue that would report on what happened during this unusual year. And since it was not possible in this temporality to produce articles as we usually did, the challenge became precisely to think and to take a step aside in relation to our ways of doing things, and in relation to the very contents that are ours. Documenting is also taking this step aside as a way of refusing a race for excellence that requires us to produce more and faster, and in an increasingly global and complex evaluation system. More than a self-criticism, this issue suggests repositioning ourselves within a scientific temporal process in a necessary and salutary slowness, and thus paying more attention to the subject of human and social sciences, as well as to the making of its writings.
      Documenter l’université qui lutte [Texte intégral] Tracés et Camille Noûs Documenting the struggling university
      Articles et entretiens
      Lendemain de vote : l’université qui vient [Texte intégral] Un ancien titulaire de tenure track d’université nord-américaine, devenu maître de conférences en France et Camille Noûs The day after the vote: the university to come
      En dix chiffres, la destruction néolibérale de l’université publique [Texte intégral] Hugo Harari-Kermadec et Camille Noûs The neoliberal destruction of the public university in ten figures
      « Bienvenue en France ! » [Texte intégral] Les malvenu-es de l’université, collectif « Etrangèr-es et division internationale du travail scientifique » de la coordination des Facs et labos en lutte, Tracés et Camille Noûs “Welcome to France!” An interview with those who are not welcome to the university, the collective “Foreigners and the international division of scientific work”
      Conversations sur la formation et la précarité professionnelles au Conservatoire popula...
      PubDate: 2021-04-19
       
  • 38 2020 – Angoisse

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0310-7 Alors que l’angoisse comme catégorie est abondamment mobilisée pour désigner une sensation corporelle de mal-être propre à l’individu, ce numéro de Tracés propose de se pencher sur l’angoisse comme régime d’expérience face à l’incertitude, à partir des outils non plus de la psychanalyse mais des sciences humaines et sociales. Les articles du numéro abordent ainsi les logiques qui sous-tendent les modes de manifestation de l’angoisse, en prenant en compte leurs dimensions à la fois corporelle, discursive et esthétique, dans des articles originaux, un entretien ainsi qu’une œuvre graphique. L’éditorial revient en particulier sur la question du caractère socialement situé de l’expression de l’angoisse, dépendant à la fois d’un contexte institutionnel et de dispositions individuelles, mais aussi de leur caractère genré. Toutefois, l’analyse des manifestations de l’angoisse suppose d’abord de s’interroger sur leurs conditions de son objectivation dans le discours médical mais aussi par les sciences humaines et sociales prises dans leur diversité. Dans cette histoire, les perspectives décoloniales tiennent une place de choix, construisant le lien entre la décompensation angoissée du sujet et la déstructuration de la société. Explorant la saisie de la catégorie d’angoisse au chevet d’une mourante, d’un membre de l’élite coloniale de Singapour, des enseignant-e-s et des musicien-ne-s, d’une pédopsychiatre confrontée aux souffrances des enfants en butte à leur assignation sexuelle, le numéro analyse les modulations pratiques d’une catégorie perceptive et leurs implications politiques. De subjective, l’angoisse s’avère ainsi un régime émotionnel sous-tendant l’action humaine, partagé dans un espace et à une époque donnée. Les perspectives ouvertes par les contributions originales de ce numéro, au-delà de la psychanalyse et de la philosophie existentialiste, invitent donc à penser l’angoisse comme l’intelligence épistémique d’un horizon inquiétant d’incertitudes. Avec cette conception, c’est bien le sujet en tant qu’il est pris par l’émotion, dans une communauté de vie et d’expérience, et comme sujet propre de l’action, que donnent à lire l’ensemble des articles réunis. While anxiety as a category is abundantly mobilized to designate a bodily sensation of malaise peculiar to the individual, this issue of Traces proposes to examine anxiety as a regime of experience in the face of uncertainty, using the tools no longer of psychoanalysis but of the human and social sciences. The articles in the issue thus address the logics underlying the modes of manifestation of anxiety, taking into account their dimensions, which are at once corporeal, discursive and aesthetic, in original articles, an interview and a graphic work. The editorial returns in particular to the question of the socially situated character of the expression of anguish, depending both on an institutional context and individual dispositions, but also on their gendered character. However, the analysis of the manifestations of anxiety implies first of all to question the conditions of its objectification in medical discourse but also by the human and social sciences taken in their diversity. In this history, decolonial perspectives hold a prominent place, constructing the link between the anguished decompensation of the subject and the destructuring of society. Exploring the capture of the category of anguish at the bedside of a dying woman, a member of Singapore's colonial elite, enseignant∙es and musicien∙es, a child psychiatrist confronted with the suffering of children facing sexual assignment, the issue analyzes the practical modulations of a perceptual category and their political implications. From subjective, anguish thus turns out to be an emotional regime underlying human action, shared in a given space and time. The perspectives opened up by the original contributions of this issue, beyond psychoanalysis and existentialist philosophy, thus invite us to think of anguish as the epistemic intelligence of a disturbing horizon of uncertainty. With this conception, it is indeed the subject as it is taken up by emotion, in a community of life and experience, and as the subject of action, that is given to read all the articles gathered together.
      De l’individu au politique. L’angoisse comme régime d’expérience [Texte intégral] Annabelle Allouch, Christelle Rabier et Clémentine Vidal-Naquet From the individual to the political. Anxiety as a regime of experience
      Articles
      Angoisse, mélancolie et individuation : une généalogie du sujet moderne entre histoire de l’art et philosophie
      PubDate: 2021-01-12
       
  • #19 2019 – Les sciences humaines et sociales au travail (ii): Que faire
           des données de la recherche '

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0227-8 Ces dernières années se multiplient les colloques, séminaires et formations autour des « données de la recherche » tandis que se développent de nouvelles infrastructures et de nouveaux moyens consacrés à leur mise à disposition. Adossé aux politiques de la « science ouverte » et aux exigences de « réplicabilité » de la science, ce mouvement de l’open data enjoint les chercheurs et les chercheuses à archiver les données issues de leurs enquêtes pour les rendre accessibles au public. En parallèle, la protection des données personnelles fait l’objet de nouvelles régulations législatives et administratives, qui alourdissent les contraintes bureaucratiques pesant sur l’enquête de terrain, en particulier pour les sujets dits sensibles. Enfin, des défis déontologiques et techniques inédits se posent aux chercheurs et chercheuses qui souhaitent sécuriser leurs données et protéger l’anonymat de leurs enquêté-e-s dans un contexte de surveillance numérique. Ces évolutions placent les données de la recherche au cœur d’enjeux majeurs. Les injonctions parfois contradictoires (protéger les données, les rendre accessibles) que les chercheurs et chercheuses rencontrent suscitent débats et controverses. Face aux nombreuses questions et inquiétudes qu’occasionne ce moment « données », le présent numéro propose de marquer un temps d’arrêt pour porter un regard réflexif sur les pratiques et les métiers de la recherche au sens large : qu’est-ce, au fond, qu’une donnée ? Quelle est sa place dans le travail des sciences humaines et sociales ? Qu’est-il attendu que nous (chercheurs et chercheuses, personnels d’appui et de soutien à la recherche) fassions de ces fameuses données ? Et que nous dit ce moment « données » sur l’évolution de l’économie générale de la science ? Les articles de ce numéro apportent leur pierre à une réflexion qui se doit d’être collective. The past few years have witnessed the multiplication of seminars, conferences and training sessions devoted to “research data” as well as the development of new infrastructures and the allocation of new financial means to manage them. In line with new policies geared towards “open science” and the “replicability” of research, the current movement for open data enjoins researchers to archive the data they produce and make them available to the public. At the same time, new regulations have emerged regarding the protection of personal data, which reinforce the administrative and bureaucratic constraints that weight upon field research, especially for those working on so-called “sensitive” topics. Finally, the rise of digital surveillance poses unprecedented ethical and technical challenges to researchers willing to secure their data and protect the anonymity of their interviewees. These recent developments place research data at the heart of major political and scientific issues. Faced with a number of contradictory injunctions (protecting data, making them available), researchers have engaged in controversies and debates. Given the many questions and concerns that the current “data moment” provokes, this special issue proposes to take a step back and reflect on our trade and practices: what are data really? What is their role in the work of human and social sciences? What are we (researchers and research personnel) meant to do with such data? And what does the current “data moment” tell us about the changing economics of science? The articles of this special issue make a first contribution to a reflection that must primarily be collective.
      Sciences en danger, revues en lutte [Texte intégral] Collectif des revues en lutte et Camille Noûs
      Ouvrir les données de la recherche ? [Texte intégral] Juliette Galonnier, Stefan Le Courant, Anthony Pecqueux et Camille Noûs
      Articles
      Ouverture des données de la recherche : les mutations juridiques récentes [Texte intégral] Anne-Laure Stérin et Camille Noûs Opening research data : recent legal changes
      Données de la recherche hier et aujourd’hui : pour une histoire politique du travail en sciences humaines et sociales [Texte intégral] Christelle Rabier et Camille Noûs
      PubDate: 2020-07-22
       
  • 37 2019 – Les irrécupérables

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0210-0 Le plus souvent connoté péjorativement, le terme irrécupérables ne désigne pas une catégorie instituée des sciences humaines et sociales. Dans le langage courant, on qualifie d’irrécupérables des personnes ou des choses qui ne peuvent pas être récupérées, et dont on cherche le plus souvent à se débarrasser parce qu’elles résistent à toute entreprise de réinsertion ou de recyclage. À l’heure de l’injonction à tout récupérer, réinsérer et recycler, ce dossier fait l’hypothèse que cette injonction exprime aussi un déni de la production massive et constante d’êtres et de choses irrécupérables par les sociétés capitalistes industrielles. Il ne s’agit pas nécessairement de placer sur un même plan la mise au rebut des choses et l’exclusion irréversible des individus, mais plutôt d’aborder conjointement les enjeux sociaux et environnementaux qui découlent de cette hypothèse. Quels dispositifs produisent des irrécupérables humains et non humains ? Qui est socialement habilité à formuler un verdict d’irrécupérabilité ? Comment sont gérés les êtres qualifiés d’irrécupérables ? Enfin, quelles formes de résistance ces derniers sont-ils à même de produire ? Derogatively connoted most of the time, the word “irrecoverable” is not an usual category in social sciences and humanities. In everyday speech, one call “irrecoverable” people or things that cannot be reclaimed, and that need to be removed because of their resistance to every recycling or rehabilitation initiative. Considering the current injunction to reintegrate, rehabilitate, and recycle everything, this issue makes the hypothesis that this injunction also tends to deny the fact that industrial capitalist societies massively and constantly produce people and things beyond reclaim. Yet, the purpose is not necessarily to level out the processes of discarding objects and of excluding people, but to jointly tackle environmental and social issues resulting from this hypothesis. By what apparatuses are produced irrecoverable human and non-human beings? Who is socially entitled to pronounce such verdicts of irrecoverability? How are managed these beings considered irrecoverable? What types of resistance are they able to produce?
      Les irrécupérables [Texte intégral] Émilie Guitard, Igor Krtolica, Baptiste Monsaingeon et Mathilde Rossigneux-Méheust
      Articles
      « Il ne mérite pas l’indulgence ». Des condamnés à mort irrécupérables ? Les recommandations des magistrats en faveur de l’exécution, en France à la Belle Époque [Texte intégral] Nicolas Picard Criminals beyond redemption? When judges recommend executing the criminal (France, 1908-1914)
      L’être humain comme « déchet social » ? L’irrécupérabilité dans la France des Trente Glorieuses [Texte intégral] Axelle Brodiez-Dolino The human being as “social waste”? “Irrecoverability” in France, 1950s-1960s
      Éradiquer les bidonvilles en France : de la cabane à l’Algeco ? Enjeux des logements temporaires [Texte intégral] Elise Roche Slum clearance in France: from makeshift shacks to prefabs. The issue of temporary housing
      Réhabiliter les « éléments dangereux pour la société » ? La politique mémorielle à l’égard des internés administratifs en Suisse [Texte intégral] Sandrine Maulini et Cristina Ferreira Rehabilitating “individuals deemed dangerous to society”? The politics of memory with regard to administrative detainees in Switzerland
      L’inaptitude au travail, dispositif de protection ou de ...
      PubDate: 2019-12-31
       
  • 36 2019 – Faire époque

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0182-0 Antiquité, Moyen Âge, Renaissance, Trente Glorieuses… Les époques structurent notre imaginaire temporel et notre appréhension du présent. Catégorie centrale des sciences humaines et sociales, l’époque régit aussi l’expérience ordinaire des acteurs et peut servir de fondement à l’action politique. Elle reste pourtant remarquablement peu interrogée. Au fond, qu’est-ce qu’une époque ? Comment en arrêter les contours ? De quoi est-on contemporain ? Et que produisent les tentatives de périodisation sur notre rapport au temps et à l’histoire ? C’est à l’étude de ces questionnements qu’est consacré ce numéro de Tracés. À travers l’examen d’objets aussi divers que la naissance du capitalisme, l’historiographie du Moyen Âge, la place des femmes dans la Renaissance, la critique du temps présent dans le théâtre des XVe et XVIe siècles, les révolutions caribéennes de la fin du XVIIIe siècle, la périodisation des relations internationales, le sens du temps à l’ère capitaliste, la crise financière de 2008, ou les époques du futur imaginées par la science-fiction, les différentes contributions de ce numéro viennent chacune éclairer un pan de ce phénomène que nous appelons époque. Ce numéro montre ainsi la pluralité des manières de « faire époque », en s’intéressant aux conditions parfois conflictuelles de la genèse des époques, ainsi qu’aux soubassements épistémologiques et politiques de leurs usages. Antiquity, Middle Ages, Renaissance… Historical epochs structure our imagination and our ways of understanding the present. If epochs are a central category in human and social sciences, they also play a structuring role in the ordinary experience of social actors, and can lead to political action. Yet, epochs remain an understudied phenomenon. What is an epoch ? How to decide where one starts and ends ? What are we the contemporaries of ? And what are the consequences of periodizing attempts on our relationship to time and history ? This special issue of Tracés is precisely dedicated to these questions. The papers gathered in this special issue enlighten the implications of epoch-making through the study of various topics, such as the birth of capitalism, the historiography of Middle Ages, the place of women in the Renaissance, the critique of present time in 15th and 16th centuries’ theater, the Caribbean revolutions at the end of the 18th century, the periodization of international relations, the sense of time in the capitalist epoch, the financial crisis of 2008, or the future epochs depicted by science fiction. Thereby, this special issue shows the multiple ways to conceive an epoch, by studying the conditions of their emergence as well as the epistemological and political implications of their uses.
      Qu’est-ce qu’une époque ? [Texte intégral] Thomas Angeletti, Quentin Deluermoz et Juliette Galonnier What is an epoch?
      Articles
      Le capitalisme a-t-il une date de naissance ? [Texte intégral] Quentin Ravelli Can we pinpoint the birth of capitalism?
      Les prophètes de la finance. Contester et refaire l’époque [Texte intégral] Pierre Pénet The prophets of finance. Contesting and remaking financial markets
      Personnifier l’époque, vilipender le temps présent. Comment dire l’époque dans le théâtre satirique français (milieu xve siècle-fin xvie siècle) [Texte intégral] Francesca Canadé Sautman Personifying one’s own epoch, vilifying the present: how “our own times” were expressed in French satirical theatre (mid-15th to late 16th century)
      Époques au fut...
      PubDate: 2019-10-16
       
  • #18 2018 – Faire revue

    • Abstract: Couverture Tracés ISBN 979-10-362-0146-2 En considérant les chaînes du travail éditorial, les temporalités et les conditions sociales de production comme la place des différent-e-s actrices et acteurs dans l’élaboration des revues scientifiques, ce numéro hors-série de Tracés veut réfléchir aux effets du format revue sur la production et la réception du savoir en sciences humaines et sociales. Il invite des études réflexives par des membres de différentes revues, jeunes ou plus installées, ainsi que des analyses transverses intéressant plus généralement les revues. Dans « Faire revue », trois dimensions essentielles sont analysées. Une première perspective définit la revue comme un lieu de pouvoir, où le statut professionnel et le profil sociologique de ses membres, le rôle attribué à chacun-e, ainsi que les thèmes abordés ou les modalités de traitement des articles interrogent en son cœur les rapports entre pouvoir et savoir scientifique. La deuxième dimension est celle des conditions de travail et de l’économie des revues. Quels sont leurs financements et les choix stratégiques qui bien souvent en dépendent ? Pourquoi une revue passe-t-elle au tout numérique tandis qu’une autre fait le choix du papier et d’un travail graphique soigné ? La question de l’accès libre est-elle purement financière ? Quels effets produisent les environnements électroniques de publication sur les métiers de la chaîne éditoriale ? Nous intéresse ici l’incidence de ces dimensions sur les conditions matérielles de production de la revue. Enfin, celle-ci est pensée pour être lue. Interroger la réception, réelle et souhaitée, les écarts ou mises à l’écart, permet de comprendre aussi comment s’oriente la production du savoir à travers des cas singuliers. Considering the chains of editorial work, the temporalities and social conditions of production, the place assigned to every male and female participant in the publishing process, this special issue of Tracés aims to reflect on the effects of the “academic journal” format on the production and reception of knowledge in the humanities and social sciences. The issue invites studies by members of individual journals, both new and old, as well as scholars reflecting on transversal topics interesting journals. In “Academic journals in the making” three essential dimensions are epitomized. Academic journals may be considered as places of power, where the professional status and sociological profile of its members, their assigned role, but also the topics addressed or else the selecting or commissioning of articles crucially put to question the relationship between power and scientific knowledge. The second dimension is the economics of journals, including working conditions. How are journals funded and what the consequences on their strategic choices? Why does one journal go all-digital while another chooses hard copy print and careful design? Is open access publishing a pure financial matter? What are the effects of digital environments on the professions and practices of publishing chains? This issue analyses the impact of these dimensions on the production of journals and the material conditions that make them possible. Finally, a journal is designed to be read. Questioning the reception, real and desired, through specific cases, also makes it possible to understand how the production of knowledge is directed.
      Comités du numéro
      Avant-propos. Les sciences humaines et sociales au travail [Texte intégral] Anthony Pecqueux et Christelle Rabier Social sciences and humanities at work
      Éditorial. Le savoir-faire des revues [Texte intégral] Amina Damerdji, Samuel Hayat, Natalia La Valle, Anthony Pecqueux et Christelle Rabier Academic journals as practical knowledge
      En revue(s)
      La revue généraliste : une institution fragile. Le cas d’Esprit [Texte intégral] Alice Béja Non-specialist magazines as fragile institutions; the case of Esprit
      La revue : un lieu de contestation ? [Texte intégral]
      PubDate: 2019-05-20
       
  • 35 2018 – Infrastructures, techniques et politiques

    • Abstract: Couverture Ce numéro de la revue Tracés cherche autant à présenter et à circonscrire les usages contemporains du terme « infrastructure », qu’à souligner, à partir d’une série de cas situés, les liens qui associent les agencements infrastructurels techniques à un certain nombre d’enjeux politiques et sociaux. À travers la question des infrastructures, il s’agit donc de penser comment des dispositifs technopolitiques induisent et produisent des structures sociales. En tant que structures techniques pérennes – du moins conçues ou pensées pour l’être – non soumises à l’appropriation immédiate, les infrastructures façonnent les usages sociaux et matérialisent par là même des programmes politiques. Les contributions du numéro éclairent cette matérialisation tout en la confrontant aux discours, langages et imaginaires des infrastructures dans la sphère publique. Prenant de la distance avec l’apparente neutralité de l’innovation portée par les pouvoirs publics et le discours de l’éthique technicienne, ce numéro entend explorer les conditions et les formes de contraintes contenues dans les infrastructures techniques. En ceci, il souhaite aider à penser les infrastructures dans une perspective trop peu convoquée, à savoir celle de leurs pouvoirs instituants. This issue of Tracés is seeking to present and delimit today’s uses of the word « infrastructures », as well as underlining, with a series of situated case studies, how infrastructural technical layouts are associated with political and social issues. Interrogating infrastructures helps thinking about how technopolitical configurations infer and produce social structures. As enduring technological structures – designed or thought of as such – not prone to immediate appropriation, infrastructures shape social uses and through this process, they materialize political programs. Articles in this issue shed light how this materialization, while confronting it to the discourses, languages and imaginaries of infrastructures when brought up in the public debate. Keeping distance with the seeming neutrality of innovation carried by public powers and the discourse of “tech” ethics, this issue aims at exploring the conditions and forms of constraints contained in technological infrastructures. The goal is to help reflecting on infrastructures in a perspective that tends to stay in the background: their instituting powers.
      Comités du numéro
      Éditorial
      Infrastructures, techniques et politiques [Texte intégral] François Jarrige, Stefan Le Courant et Camille Paloque-Bergès
      Articles
      Salubrité, sociabilité ou exemplarité ? Les enjeux de l’infrastructure carcérale dans le Paris des Lumières [Texte intégral] Sophie Abdela Salubrity, sociability or exemplarity? The challenges of prison infrastructure in Enlightenment Paris
      L’infrastructure sismographe. Temps, échelles et récits du boulevard périphérique parisien [Texte intégral] Nathalie Roseau Infrastructure as a seismograph. Temporalities, scales, narratives of Paris « Boulevard périphérique »
      Ce nuage que je ne saurais voir. Promouvoir, contester et réguler les data centers à Plaine Commune [Texte intégral] Clément Marquet That cloud, which I can’t endure to look on. Promoting, contesting and governing data centers in Plaine Commune
      La bioraffinerie : mythe structurant d’une infrastructure clé de la transition écologique [Texte intégral] Julie Gobert Biorefineries as performative ecological transition narratives
      Des réseaux aux écosystèmes : mutation contemporaine des infrastructures urbaines...
      PubDate: 2018-11-14
       
  • 34 2018 – La singularité

    • Abstract: 15 x 23  Ce numéro construit la notion de singularité, entre les sciences sociales, la philosophie et les arts, en prenant un double point d’appui. Le premier est celui des opérations analytiques consistant à produire un savoir généralisant et ouvert à la comparaison à partir d’objets réputés singuliers, uniques, irréductibles, contingents. Tout en s’inscrivant dans la continuité des débats fondateurs en sciences sociales sur l’articulation de la représentativité et du « cas limite », les différents articles du dossier les prolongent sur des bases nouvelles, en s’inspirant des savoirs de la philosophie, du droit ou des arts. Le deuxième point d’appui, plus empirique, est celui des processus concrets de singularisation des individus, à partir de pratiques, d’interactions et de sociabilités dans des domaines divers (représentation politique, engagement militant et usages du droit, pratiques artistiques et culturelles, pratiques d’esthétisation du corps, sociabilités de voisinage). Il s’agit ici d’analyser, cas par cas, les logiques de construction d’identités singulières chez les individus, et de comprendre comment elles interagissent avec les déterminations sociales.  This issue elaborates upon the notion of singularity, bringing together approaches from social sciences, philosophy and the arts, operating in two ways. First, we consider analytic operations that produce generalizing and comparable knowledge from objects deemed singular, unique, irreducible, contingent. While remaining in the continuity of the founding debates in the social sciences on the articulation of representativity and "limit cases", the various articles of the issue extend these debates on new bases, taking inspiration from philosophy, law or the arts. The second, more empirical, point from which we consider singularity is that of concrete processes of individual singularization, based on practices, interactions and sociabilities in various fields (political representation, activist engagement and the use of law, artistic and cultural practices, aesthetic practices of the body, neighborhood sociability). The aim here is to analyze, case by case, the logics of the construction of singular identities in individuals, and to understand how they interact with social determinations.
      Comités du numéro
      La singularité [Texte intégral] Samuel Hayat, Judith Lyon-Caen et Federico Tarragoni
      Articles
      Le populaire et le singulier. La singularité de l’acte créateur face au rôle social du théâtre (1945-1980) [Texte intégral] Marjorie Glas The popular and the singular. The singularity of creation facing the social function of theatre (1945-1980)
      Figures de la singularité dans le monde ouvrier militant en France (seconde moitié du xxe siècle) [Texte intégral] Nathalie Ponsard Thinking the singularity in French worker militant area in the twentieth century
      Discerner des singularités. De l’embellissement des façades et des jardins à la construction des vertus dans une ancienne cité minière d’Alsace [Texte intégral] Christian Guinchard et Laetitia Ogorzelec Discerning singularities. From the embellishment of facades and gardens to the construction of virtues in an ancient mining cities of Alsace
      La singularité de l’apparence : une quête esthétique paradoxale sous le joug des normes genrées de beauté [Texte intégral] Marion Braizaz The singularity of appearance: a paradoxical search under the yoke of gendered beauty standards
      L’homme sans nom, ou la singularité esseulée
      PubDate: 2018-07-01
       
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
 


Your IP address: 18.207.132.226
 
Home (Search)
API
About JournalTOCs
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-