for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help
Followed Journals
Journal you Follow: 0
 
Sign Up to follow journals, search in your chosen journals and, optionally, receive Email Alerts when new issues of your Followed Jurnals are published.
Already have an account? Sign In to see the journals you follow.
Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
   [3 followers]  Follow    
   Full-text available via subscription Subscription journal
     ISSN (Print) 1920-0250 - ISSN (Online) 1920-0269
     Published by Érudit Homepage  [99 journals]
  • Montréal érotique : pin-up et imagerie de nus chez le
           photographe de presse Conrad Poirier, 1912-1968
    • Abstract: Julie-Anne Godin-Laverdière : Cet article porte sur une portion méconnue de l’oeuvre de Conrad Poirier (1912-1968), un photojournaliste montréalais ayant oeuvré entre 1930 et 1960. Le fonds P48 de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, où sont conservés les négatifs de Poirier, est principalement constitué de photographies de presse, mais renferme aussi une production personnelle qui emprunte à l’esthétique de la pin-up. Cette dernière est une image issue de la culture populaire mettant en scène une femme sensuelle dont le corps nu ou semi-dénudé est présenté dans des poses coquines empreintes de volupté. Cet article propose de réfléchir à la fois sur la présence de ces images dans les années 1940 et 1950 au Québec, malgré la censure qui était exercée à Montréal, et sur la production de Poirier à la même période. Afin de jeter un regard sur des images caractéristiques de la pin-up, les oeuvres du photographe ont été divisées en quatre catégories : tout d’abord, les pin-up collectionnées par Poirier, puis les photographies qu’il a lui-même réalisées, soit des représentations de nus, de femmes en maillot de bain et même de culturistes. : This article deals with a little-known part of the work of Conrad Poirier (1912-1968), a Montréal photojournalist who worked between 1930 and 1960. Fonds P48 of Bibliothèque et Archives nationales du Québec, where Poirier's negatives are kept, is comprised primarily of press photographs, but also includes a personal production that borrows from pin-up esthetics. A pin-up is a pop-culture image of a sensual woman whose nude or semi-nude body is shown in teasingly voluptuous poses. This article is an invitation to reflect on the presence of these images in the 1940s and 1950s in Québec, despite the censorship practised in Montréal, as well as on Poirier's production during the same period. To analyse characteristic pin-up images, the photographer's work can be divided into four categories: the pin-up images collected by Poirier and the photographs he himself took, namely, nude shots, photographs of women in bathing suits and even bodybuilders.
       
  • Les Éditions de l’Oeuf, la contre-culture et l’essor du
           livre-objet au Québec
    • Abstract: Sophie Drouin : Les Éditions de l’Oeuf, fondées en 1971 par Yrénée Bélanger et Guy M. Pressault, avaient pour objectif d’être au service de la littérature du livre-objet. Cette production éditoriale underground, qui s’inscrit dans le mouvement contre-culturel québécois au tournant des années 1960 et 1970, participe à un certain renouvellement esthétique du livre de poésie basé sur des principes conceptuels de détournement. Par une politique éditoriale qui prône l’usage du livre-objet, et par différentes stratégies qui visent à déplacer, voire à abolir, les hiérarchies culturelles, les éditeurs remettent en question les notions de littérature et de livre. À partir des livres-objets produits par les Éditions de l’Oeuf présents dans la collection patrimoniale de livres d’artistes et d’ouvrages de bibliophilie de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, cet article analyse la position des éditeurs face à la littérature et l’apport de la maison à une esthétique du livre de poésie liée à la contre-culture. L’objectif poursuivi est double : souligner l’originalité de la production peu connue de l’Oeuf et rendre compte de quelques moyens employés par les éditeurs-auteurs pour remettre en question la littérature et son principal support, le livre. : Éditions de l’Oeuf, founded in 1971 by Yrénée Bélanger and Guy M. Pressault, had as its goal to be at the service of book object literature. This underground editorial production, which was part of the Québec counterculture movement at the turn of the 1960s and 1970s, contributed to a certain esthetic renewal of the poetry book based on the conceptual principles of détournement. Through an editorial policy advocating the use of the book object, and through various strategies to set aside, even abolish, cultural hierarchies, the publishers challenged the concept of what constitutes literature and a book. Taking as its starting point the book objects produced by Éditions de l’Oeuf that are in the heritage collection of artists' books and bibliophile books of Bibliothèque et Archives nationales du Québec, this article analyzes the publishers' position on literature, and the publishing house's contribution to a counterculture esthetics of the poetry book. The objective is twofold: underscore the originality of Éditions de l’Oeuf's little-known production and discuss some of the means used by the publisher-authors to challenge literature and its principal medium—the book.
       
  • Poétique de la rature – La fabrique épistolaire chez
           les dames Harnois
    • Abstract: Mylène Bédard : La correspondance de Marguerite et Reine Harnois adressée du Bas-Canada à Ludger Duvernay alors qu’il est en exil aux États-Unis entre 1838 et 1839 constitue un corpus favorable à l’analyse des conditions de production d’une lettre au coeur du xixe siècle. Ces lettres révèlent les moments où l’écriture tâtonne, à la recherche d’un style plus personnel ou plus à même de remplir les visées de l’épistolière. La présente étude entend repérer et analyser les traces de ces allers et retours de la plume par lesquels l’écriture d’une lettre se peaufine, se complexifie, s’éprouve par le déploiement de stratégies discursives. Si les ratures témoignent de l’étape de relecture qui parachève l’écriture épistolaire dans sa gestation, peut-on penser que ce travail sur le style participe d’une négociation des conditions d’acceptabilité du discours? Dans quelle mesure ces retours sur l’écriture influent-ils sur la manière dont les épistolières se représentent et établissent leur rapport à l’autre? Qu’elle vise à dissimuler ou à rendre visible ce qu’elle prétend cacher, la rature nous amène à réfléchir à l’histoire des pratiques épistolaires. : The correspondence of Marguerite and Reine Harnois sent from Lower Canada to Ludger Duvernay while he was still in exile in the United States between 1838 and 1839 is a corpus that lends itself to analysis of letter-writing conditions in the mid-19th century. These letters reveal the moments when the writing was tentative, in search of a more personal style or one better suited to rendering the writer's intent. The purpose of this study is to identify and analyze the trace of these back-and-forth movements of the pen by which the writing in a letter was honed, made more complex or put to the test through the deployment of discursive strategies. If the crossing out bears witness tore-reading, by which the final touches were put to the writing of a letter in gestation, can this work on style be likened to negotiating the conditions of discursive acceptability? To what extent did going back over the writing influence the way in which the writers represented themselves and established their relationship with the other party? Whether the crossing out was intended to conceal or to reveal what it purported to hide, it provides food for thought about the history of epistolary practices.
       
  • Les « Vieux dossiers » du ministère de
           l’Agriculture
    • Abstract: Rénald Lessard ,Monique Lord
       
  • L’industrie de l’hospitalité et l’édition de
           guides touristiques – Le cas de Québec et des hôtels
           d’escale, 1874-1917
    • Abstract: Danielle Léger : Un inventaire des guides touristiques publiés par des hôtels québécois avant la fin de la Première Guerre mondiale permet d’identifier 11 projets éditoriaux impliquant des hôtels de Québec, ainsi que des hôtels d’escale détenus par des compagnies de transport maritime ou ferroviaire sur le territoire québécois. Histoires de la publicité, de l’industrie hôtelière, du développement régional et du tourisme sont interpellées afin de mettre en contexte ces projets d’édition et de les interpréter en fonction de l’évolution singulière de chacun des hôtels. L’auteure examine ensuite les stratégies de communication touristique des guides d’hôtels. Le phénomène plus large de la prestation de services touristiques par les hôteliers est aussi évoqué en tant que jalon d’une histoire culturelle des hôtels québécois qui reste à écrire. : An inventory of the tourism guidebooks published by Québec hotels before the end of the First World War identified 11 publishing projects involving hotels in the city of Québec and stop over hotels owned by shipping and railway companies in Québec. The author draws on stories of advertising, and of the hotel industry, regional development and tourism, to put these publishing projects in context and interpret them according to the unique development of each hotel. The author then considers the tourism communication strategies of the hotel guidebooks. The broader phenomenon of the provision of tourism services by hotel operators is also evoked as a milestone in an as-yet unwritten cultural history of Québec hotels.
       
  • Les guides touristiques d’hôtels montréalais, 1857-1917
           – Une stratégie publicitaire
    • Abstract: Michèle Lefebvre : Au cours de la seconde moitié du xixe siècle et du début du xxe siècle, la concurrence entre les grands hôtels montréalais est féroce. Pour se démarquer ou simplement survivre, ceux-ci doivent constamment améliorer leurs installations afin de répondre au goût du jour : agrandissements des lieux et rafraîchissement du décor, ajout de l’eau chaude, de l’électricité, de téléphones, d’ascenseurs, etc. Les nouveaux standards de luxe exigent des dépenses colossales. Pour être en mesure de les assumer, les propriétaires de grands hôtels doivent s’assurer d’afficher complet. C’est possiblement ce qui les incite à se lancer dans la publication de guides touristiques au sein desquels leurs établissements sont mis en valeur à l’exclusion des autres hôtels de la métropole. Cet article explore l’origine, les objectifs annoncés, les emprunts et les stratégies publicitaires de 25 de ces guides touristiques – détenus par Bibliothèque et Archives nationales du Québec – publiés entre 1857 et 1917 par 10 importants établissements hôteliers montréalais : Donegana, St. Lawrence Hall, Montreal House, Ottawa, St. James, Albion, Queen’s, Windsor, Balmoral et Grand Union. Malgré des prétentions à offrir de justes informations au touriste, les producteurs de ces guides vont finir par en évacuer le véritable contenu touristique pour les transformer en de simples véhicules publicitaires. : In the latter half of the 19th and the early 20th centuries, the major Montréal hotels were engaged in fierce competition. To stand out from the rest or simply to survive, and in an effort to meet the inclinations of the day, they had to constantly improve their facilities: expanding premises, revamping decor, adding hot water, electricity, telephones, elevators, and so on and so forth. The new luxury standards demanded huge expenditures. To be able to afford them, the owners of the major hotels had to make sure there were no vacancies. Perhaps that is why they launched into publishing tourist guides featuring their establishments to the exclusion of the other hotels in Québec's largest city. This article takes a look at 25 such guides—held by Bibliothèque et Archives nationales du Québec and published between 1857 and 1917 by 10 major Montréal hotels: Donegana, St. Lawrence Hall, Montreal House, Ottawa, St. James, Albion, Queen’s, Windsor, Balmoral and Grand Union—exploring their origins, stated objectives, borrowings, and advertising strategies. Despite the pretence of offering tourists correct information, the producers of these guides eventually eliminated true tourism content from them and transformed them into pure advertising vehicles.
       
  • Les six manuscrits de musique du fonds De la Broquerie Fortier, 1753-1852
           – L’héritage musical de la famille Boucher de la
           Bruère
    • Abstract: Louis Brouillette : Alors que la vie musicale québécoise de la période allant de la Conquête à l’Acte d’Union est principalement connue grâce aux données de la presse, l’analyse des six manuscrits de musique du fonds De la Broquerie Fortier, conservé au Centre d’archives de Québec de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, propose un nouvel éclairage sur cette époque. Transmis par six générations de Boucher de la Bruère ou par des personnes en lien avec cette famille, les manuscrits de musique sont ici étudiés sur les plans musical, historique et social. Examiner ces documents copiés entre les années 1750 et 1850, c’est avoir accès au réseautage politique, artistique et familial à l’époque du Régime anglais. Ces sources donnent aussi des informations privilégiées sur les figures dansées des quadrilles et l’accompagnement à l’orgue des motets, en plus de mettre au jour un manuscrit de violon de la fin du Régime français ainsi qu’un autre pour la guitare, constitué vers 1841 et montrant un des seuls exemples de tablature du xixe siècle pour cet instrument. Enfin, les manuscrits de la première moitié du xixe siècle montrent l’américanisation graduelle du répertoire tant vocal qu’instrumental au Canada et témoignent des premiers essais de compositions canadiennes. : Most of what we know about musical life in Québec during the period between the Conquest and the Act of Union comes from the printed press. An analysis of the six music manuscripts in the De la Broquerie Fortier fonds, which is kept at the Québec archives centre of Bibliothèque et Archives nationales du Québec, sheds new light on the period. The music manuscripts, transmitted by six generations of people in or close to the Boucher de la Bruère family, are studied here from a musical, historical and social standpoint. To examine these documents, copied between 1750 and 1850, is to have access to political, artistic and family networkings during the English Regime. The documents are also an excellent source of information on quadrille dance figures and organ accompaniment of motets. In addition, the fonds contains a violin manuscript from the late French Regime, and a guitar manuscript, assembled around 1841, that provides a rare example of 19th-century guitar tablature. Finally, the manuscripts dating from the first half of the 19th century show the gradual Americanization of the vocal and instrumental repertoire in Canada and provide evidence of the first Canadian compositions.
       
  • La Revue populaire et Le Samedi – Objets de diffusion de la
           modernité photographique au Québec, 1935-1945
    • Abstract: Zoë Tousignant : Pour faire de riches découvertes sur l’histoire de la photographie québécoise, l’étude des magazines illustrés représente une avenue prometteuse. Elle a beaucoup à nous apprendre sur le type de photographies qui étaient non seulement produites, mais vues au quotidien par un très vaste public. Au début du xxe siècle, le magazine à grand tirage constitue l’un des principaux modes de diffusion de la photographie. La société montréalaise Poirier, Bessette & Cie, qui publie La Revue populaire et Le Samedi, deux périodiques de ce type, exploitera ce genre de façon intensive. Les photographes qui ont grandement contribué à l’émergence d’une esthétique de la modernité au Québec en publiant dans ces revues sont Paul-Marc [Mark] Auger, Henri Paul et Conrad Poirier. Dans le cas d’Auger, La Revue populaire et Le Samedi offrent une occasion de prendre conscience d’une production photographique saisissante. Dans le cas de Paul et de Poirier, ces revues permettent de replacer leur oeuvre en contexte, de voir comment leurs images étaient utilisées et comment elles étaient regardées par un public pour qui la photographie faisait partie du quotidien. : Studying illustrated magazines is a pursuit that has the potential to yield rich findings about the history of Québec photography. It has a lot to teach us about the type of photographs that were not only produced, but also seen daily by a vast segment of the public. In the early 20th century, general-circulation magazines were one of the primary means of disseminating photography. Poirier, Bessette & Cie, the Montréal company that published La Revue populaire and Le Samedi, two such periodicals, made extensive use of the genre. By publishing in these magazines, photographers Paul-Marc [Mark] Auger, Henri Paul and Conrad Poirier were instrumental in fostering the emergence of an aesthetic of modernity in Québec. In the case of Auger, La Revue populaire and Le Samedi provide an opportunity to rediscover a compelling photographic production. In the case of Paul and Poirier, the magazines provide a context for their work, and shed light on how their images were used and perceived by a public for whom photography was part of everyday life.
       
  • Curieux corpus
    • Abstract: Guy Berthiaume
       
  • François Du Creux, historien et apologiste
    • Abstract: Amélie Hamel : Cet article se propose d’étudier la réécriture des Relations dans le but de comprendre l’intérêt, pour les jésuites, de publier les Historiae canadensis (François Du Creux, Paris, Cramoisy et Mabre-Cramoisy, 1664). L’étude s’attache dans un premier temps au contenu de l’oeuvre en tant que vérité historique. Elle dégage, d’une part, sa cohérence telle que l’envisage Du Creux dans les pages liminaires. D’autre part, elle s’intéresse à la relation que cette histoire entretient avec ses sources en analysant la construction de l’ethos de l’historien, capable de défendre la vérité transmise par l’ouvrage grâce à la mise en scène du travail de réécriture. La seconde partie se consacre à la manière dont Du Creux utilise le genre historique au service de la Compagnie de Jésus. L’examen porte d’abord sur les passages où l’auteur se réclame de son statut d’historien pour prendre une position prudente sur la délicate question de la sainteté. La démonstration de l’usage apologétique de cette histoire sur les questions de commerce et, surtout, de théologie, clôt l’étude. Ces considérations mènent à la formulation d’hypothèses sur les raisons ayant pu motiver la réécriture des Relations. : This two-part article examines Du Creux's rewriting of the Relations, with a view to understanding the Jesuits' reasons for publishing the Historiae canadensis (François Du Creux, Paris: Cramoisy et Mabre-Cramoisy, 1664). The first part deals with the content of the Historiae canadensis as historical truth. To begin with, it presents the coherence of the work as envisaged by Du Creux in the front matter. Then, it focuses on the relationship between the history and its sources by analyzing the construction of the ethos of the historian, able to defend the truth transmitted by the work by presenting the rewriting in a certain way. The second part is devoted to the way in which Du Creux employs the historical genre to serve the Company of Jesus. It begins by examining the passages in which the author uses his status as a historian to take a prudent position on the delicate issue of sainthood. Then, it demonstrates the apologetic use of this history to deal with trade issues and, especially, theological ones. These considerations lead to the formulation of hypotheses on the reasons that may have motivated the rewriting of the Relations.
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2014