for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help
Followed Journals
Journal you Follow: 0
 
Sign Up to follow journals, search in your chosen journals and, optionally, receive Email Alerts when new issues of your Followed Journals are published.
Already have an account? Sign In to see the journals you follow.
Journal Cover Le Naturaliste canadien
  [0 followers]  Follow
    
   Full-text available via subscription Subscription journal
   ISSN (Print) 0028-0798
   Published by √Črudit Homepage  [105 journals]
  • Le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec et la
           documentation des plantes vasculaires en situation précaire
    • Abstract: Bernard Tardif ,Gildo Lavoie ,Guy Jolicoeur : Divers acteurs de la scène biologique québécoise, professionnels ou bénévoles, effectuent des observations sur les espèces en situation précaire au Québec. Ces informations sont exploitées par le Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec (CDPNQ). Cette agrégation des connaissances disponibles sur la répartition des espèces permet de soutenir adéquatement les actions de conservation, d’aménagement et de gestion du territoire, pour lesquelles le CDPNQ est consulté au quotidien. Par cet article, nous souhaitons témoigner de l’importance de cette collaboration implicite et rendre crédit aux contributeurs de données sur les plantes vasculaires, dont un grand nombre agit à titre de bénévoles. : Each year, numerous professional biologists and volunteers in Québec (Canada) collect important data concerning the at-risk species that occur in the province. This information is used by the Québec Conservation Data Centre (CDPNQ) to help ensures adequate conservation of the species concerned, and to inform land use and management; topics for which the CDPNQ is regularly consulted. This article seeks to highlight the importance of this collaboration and to acknowledge the naturalists, many of whom are volunteers, who help gather the information used.
       
  • Pascal Bigras, entrepreneur de la conservation
    • Abstract: Caroline Cormier ,Louis Masson ,Stéphane Tanguay
       
  • Assurer la pérennité
    • Abstract: Robert Patenaude
       
  • Découverte du gomphe fléché dans les Appalaches
           québécoises
    • Abstract: Michel Savard : Le gomphe fléché (Stylurus spiniceps) est une espèce de libellule réputée discrète, associée au fleuve Saint-Laurent et à ses grands tributaires. La découverte de populations en Montérégie et en Estrie confirme sa présence dans la province naturelle des Appalaches. L’absence de mention de cette espèce dans les basses terres entourant l’île de Montréal et le lac Saint-Pierre pourrait être la conséquence d’une dégradation de l’environnement aquatique et forestier dans la portion aval des bassins versants appalachiens et laurentiens. Un ensemble de 8 espèces fluviales de Gomphides peut avantageusement servir d’indicateurs biologiques appliqués au réseau hydrographique du Saint-Laurent. : The arrow clubtail (Stylurus spiniceps) is considered as a discrete species of dragonfly, associated with the St. Lawrence River and its major tributaries. The discovery of populations in the Montérégie and Estrie Regions confirms its presence in the Appalachians natural province in Québec. The absence of records in the lowlands surrounding the island of Montréal and Saint-Pierre lake could indicate a degradation of the aquatic and forest environment in the downstream portion of the Appalachian and Laurentian watersheds. A set of 8 riverine species of Gomphids can serve as biological indicators applied to the hydrographic system of the St. Lawrence.
       
  • Prolifération des fougères dans les érablières du
           
    • Abstract: Rock Ouimet ,Gabriel Weiss ,Marie-Josée Lepage : L’envahissement des érablières par les fougères est un phénomène de plus en plus fréquent au Québec. Les espèces de fougères envahissantes étudiées ici sont surtout associées à des conditions de drainage imparfait du sol, périodiquement inondé, et à des humus > 14 cm d’épaisseur. L’occurrence de ces espèces de fougères dans les érablières est aussi corrélée à la densité de cerfs de Virginie sur le territoire. Nous avons testé, dans 2 expériences, divers traitements pour favoriser la régénération en érable dans des érablières envahies par Dennstaedtia punctilobula. Seule la combinaison du chaulage et soit de la fauche soit de l’écrasement à répétition des fougères a accru considérablement la densité de semis d’érable après 3 à 5 ans, atteignant 15 à 28 semis/m2. L’écrasement à répétition des fougères ou la pose d’ombrières en sous-bois a aussi réduit de 30 % et plus la densité et la hauteur des fougères. Les observations mettent en lumière la dynamique complexe entre l’ouverture du couvert forestier, l’occurrence de fougères envahissantes, les conditions de fertilité du sol et le broutage par les cerfs, qui influencent l’abondance de la régénération en érable dans les érablières. : The invasion of sugar maple stands or sugarbushes by ferns is becoming increasingly more common in Québec (Canada). The invasive fern species investigated in the present study are mainly associated with poorly drained soil that is periodically waterlogged and which has a forest humus layer >14 cm. The occurrence of invasive fern species in sugar maple stands is also related to an increase in the density of white-tail deer. In 2 experiments, various treatments aimed at promoting maple regeneration in stands invaded by Dennstaedtia punctilobula, were tested. Only the combination of liming and repeated mowing or flattening of the ferns led to a considerable increase in the density of maple seedling in the understory, reaching 15 to 28 seedlings/m2 after 3 to 5 years. Both repeated flattening of fronds and artificial shading of the understory also decreased frond density and height by at least 30%. The results highlight the complex interactions between openings in the forest canopy, the occurrence of invasive ferns, dear browsing and soil fertility that influence maple regeneration in sugarbushes.
       
  • Les libellules (Odonata) de Gatineau, Québec, d’hier à
           aujourd’hui
    • Abstract: Caroline Piché ,Raymond Hutchinson : Gatineau, 4e ville en importance au Québec, se situe au sud-ouest de la province, en bordure de la rivière des Outaouais. On y trouve au moins 87 espèces de libellules. Un inventaire fait en 2013 et 2014 a permis de documenter la constance, l’abondance relative et les indices de reproduction pour 82 d’entre elles. La comparaison des résultats avec l’odonatofaune historique (1886-1935) a révélé qu’au moins 90 % des espèces s’étaient maintenues depuis le tournant du 20e siècle. Huit espèces spécialistes, associées aux ruisseaux, aux rivières ou aux milieux humides temporaires pourraient cependant avoir décliné ou disparu. En revanche, au moins 7 espèces généralistes, pionnières et associées aux eaux stagnantes, toutes de la famille des Libellulidae à l’exception d’une Coenagrionide, y sont en expansion. Ces changements de l’odonatofaune pourraient être attribuables à l’étalement urbain. Les libellules, indicatrices de changements environnementaux, peuvent être facilement observées et surveillées dans le cadre de projets de science citoyenne. : Gatineau is the fourth largest city in Québec (Canada). It is situated in the southwestern part of the province, on the northern bank of the Ottawa River. At least 87 species of dragonfly have been recorded in Gatineau, and surveys conducted in the city in 2012 and 2013 documented the frequency, relative abundance and breeding of 82 of these. A comparison with historical data for the period from 1886 to 1935, showed that at least 90 % of the species recorded have maintained their presence in the city since the beginning of the 20th century. However, 8 species associated with streams, rivers or temporary wetlands, may have declined or disappeared. By contrast, at least 7 generalist species associated with still water bodies, are expanding in Gatineau. With the exception of one species from the family Coenagrionidae, these are all from the family Libellulidae. These changes in the dragonfly community are likely due to urban sprawl. Dragonflies, which are useful bio-indicators of environmental changes occurring in wetlands, can be easily observed and monitored through citizen science projects.
       
  • Changements de l’occupation du sol dans la plaine inondable du lac
           Saint-Pierre entre les années 1950 et 1997
    • Abstract: Diane Dauphin ,Benoît Jobin : Le lac Saint-Pierre est le site d’une biodiversité exceptionnelle. Toutefois, les activités anthropiques ont mené à la perte et à la dégradation des milieux naturels au cours des dernières décennies si bien que de nombreuses espèces fauniques, dont la perchaude (Perca flavescens), montrent des déclins marqués de leur population. La perte d’habitats de reproduction serait l’un des facteurs déterminants pour expliquer cette situation. Afin de documenter les changements d’occupation du sol survenus au niveau de la plaine inondable du lac Saint-Pierre, des photos aériennes prises à 3 périodes (1950, 1964 et 1997) ont été interprétées et comparées. Il en ressort qu’environ 3 200 ha d’habitats fauniques (milieux naturels + cultures pérennes) ont été modifiés dans la zone de récurrence d’inondation de 0-2 ans. Le changement le plus important concerne la conversion de quelque 2 500 ha de cultures pérennes (fourrages, pâturages) en cultures annuelles (maïs, soya) peu propices à la faune. Des habitats naturels ont également été modifiés, en particulier 350 ha de prairies humides. Outre la perchaude, d’autres groupes fauniques sont affectés par ces changements d’occupation du sol, notamment les passereaux et les canards barboteurs qui nichent dans les cultures pérennes et les prairies. La restauration d’habitats et le changement des pratiques agricoles font partie des actions qui peuvent être mises de l’avant pour favoriser le rétablissement des espèces en difficulté au lac Saint-Pierre. : The Lac Saint-Pierre (Québec, Canada) is a wetland of exceptional biodiversity. However, in recent decades, anthropogenic activity has led to the loss or modification of many associated natural habitats, causing sharp declines in populations of wildlife species, including the yellow perch (Perca flavescens), which has most probably suffered from a reduction in breeding habitat. To investigate recent vegetation and land use change in the Lac Saint-Pierre floodplain, aerial photographs from 1950, 1964 and 1997 were interpreted, analysed and compared. Approximately 3,200 ha of wildlife habitat (i.e., natural habitats and perennial crops) have been modified in the portion of the floodplain exhibiting a flood recurrence interval of 0-2 years. The most notable change has been the conversion of approximately 2,500 ha of perennial crops (i.e., pasture and hayfields) to annual crops (e.g., corn and soybean), which are poorly suited to use by wildlife. Natural habitats have also been modified, with the most important being the loss of 350 ha of wet meadow. In addition to yellow perch, other wildlife has also suffered from the observed land use changes, including species of waterfowl and passerines that typically nest in perennial crops and wet meadows. Restoration of essential habitats and changes in farming practices are needed to support the recovery of declining species in the Lac Saint-Pierre and its floodplain.
       
  • Absence d’amphibiens dans la péninsule
           d’Ungava '
    • Abstract: Christian Fortin ,Christine Martineau ,Joël Poirier : Dans le cadre d’une étude d’impact environnemental et social, un inventaire d’amphibiens a été réalisé, en juin 2008, à l’extrémité nordique de la péninsule d’Ungava, au Nunavik. Aucun amphibien n’a été capturé ou observé et aucun chant de reproduction n’a été entendu, malgré des conditions d’inventaire propices. Ces résultats ainsi que les autres sources d’informations consultées suggèrent l’absence d’amphibiens à la hauteur de l’aire d’étude. Des hypothèses sont proposées pour expliquer cette apparente absence. : An amphibian survey was conducted at the northern tip of the Ungava Peninsula (Nunavik, Québec) in June 2008 as part of an environmental and social impact assessment. Despite favourable survey conditions, no amphibians were seen, heard or caught. These results, coupled with information from other sources, suggest that amphibians do not occur this far north in the province. Hypotheses are proposed to explain this apparent absence.
       
  • Nouvelles mentions de cyprinidés sur la Côte-Nord
    • Abstract: Jean-Martin Chamberland ,Nicolas Ferron ,Jean-François Desroches : Le présent article décrit les résultats d’inventaires et d’observations ichtyologiques réalisés dans la région de la Côte-Nord, Québec, au cours des mois d’août 2013 et 2014. Au total, 13 espèces de poissons ont été capturées, parmi lesquelles on trouve le méné ventre-citron (Chrosomus neogaeus), le méné à nageoires rouges (Luxilus cornutus), le méné à museau noir (Notropis heterolepis) et le mulet à cornes (Semotilus atromaculatus). Des recherches dans la littérature ichtyologique de même que dans les bases de données muséales et gouvernementales indiquent qu’il s’agirait de premières mentions ou d’extensions de l’aire de répartition de ces espèces sur la Côte-Nord. Une discussion est aussi présentée sur le potentiel qu’offrent les bases de données en ligne pour préciser l’aire de répartition connue de la faune aquatique du Québec. : This article presents the results of ichtyological surveys and additional observations made in the Côte-Nord region of Québec in August 2013 and 2014. Thirteen fish species were caught, including the finescale dace (Chrosomus neogaeus), common shiner (Luxilus cornutus), blacknose shiner (Notropis heterolepis) and creek chub (Semotilus atromaculatus). Researches in the ichtyological literature as well as museum and governmental databases indicate that this is the first published record for these species northeast of the Saguenay River. A discussion on the usefulness of online databases to improve the knowledge of fish species distribution in Québec is also presented.
       
  • La collection d’organismes marins de l’Institut
           Maurice-Lamontagne (Ministère des Pêches et des Océans)
    • Abstract: Roberta Miller ,Claude Nozères : L’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli (Québec, Canada) conserve une collection d’organismes marins, principalement de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent mais aussi de l’Arctique canadien. Plus de 1 460 espèces sont présentes parmi les spécimens qui ont été recueillis entre 1900 et 2014 et qui procurent des références taxonomiques et biogéographiques à la communauté scientifique, ainsi que des informations pour le grand public. Cet article présente un résumé de l’historique, de la richesse et de la répartition géographique des spécimens conservés, qui se sont avérés nécessaires pour les travaux du ministère des Pêches et des Océans et d’autres utilisateurs. : The Maurice Lamontagne Institute, which is located in Mont-Joli (Québec, Canada), houses a collection of marine organisms originating mainly from the Estuary and Gulf of St. Lawrence, but also from the Canadian Arctic. The collection includes specimens of more than 1460 species that were collected between 1900 and 2014, and these provide taxonomic and biogeographic reference material for to the scientific community, and educational information to the general public. This article summarizes the history, diversity and geographic distribution of the specimens, which have proven important for the work of the Department of Fisheries and Oceans and its affiliates.
       
  • Le point sur les marées d’équinoxes dans l’estuaire
           du Saint-Laurent
    • Abstract: Daniel Bourgault ,Cédric Chavanne ,Dany Dumont ,Émilie Morin ,Peter Galbraith ,Louis Gostiaux : Selon une étude publiée dans Le Naturaliste canadien, les marées de l’estuaire du Saint-Laurent ne seraient pas plus grandes aux équinoxes qu’à d’autres moments de l’année. Cette idée de marées plus grandes aux équinoxes relèverait plutôt d’une croyance populaire sans fondements théoriques, répandue même parmi la communauté scientifique. Il est démontré ici que ces conclusions contredisent en fait la théorie des marées et découlent d’un problème de sous-échantillonnage des données de marées. Une analyse basée sur 30 ans d’observations horaires du niveau de la mer à la station Rimouski montre que, statistiquement, les marées sont bel et bien plus énergétiques autour des équinoxes, en accord avec la théorie des marées. Cependant, cette conclusion statistique n’indique pas nécessairement que les marées les plus fortes d’une année particulière se rencontrent précisément aux jours des équinoxes puisque l’augmentation du marnage vers les équinoxes est faible comparativement aux variations de marnages associées au cycle vive-eau/morte-eau (2 semaines) qui n’est pas synchronisé avec les équinoxes. La théorie des marées est expliquée simplement et un schéma est proposé pour illustrer l’influence du cycle équinoxe-solstice sur les marées. : According to a study published in Le Naturaliste canadien, tides in the St. Lawrence Estuary would not be any greater at the equinoxes than they are at any other moment of the year. According to the study, the idea that tides may be larger at the equinoxes is a popular unfounded belief that is widespread, even among scientists. Here, it is demonstrated that these conclusions contradict the theory of tides and arise from a problem in the subsampling of tide data. A statistical analysis based on 30 years of hourly water level observations at Rimouski, shows that tides are indeed more energetic around the equinoxes, which is in agreement with the theory of tides. However, this conclusion does not necessarily indicate that the greatest tides always appear precisely at the equinoxes in a given year. This is because the increase in the tidal range as the equinoxes are approached is rather small in comparison with the large neap-spring tidal variability, which is not synchronized with the equinoxes. The theory of tides is explained in simple terms and a schematic diagram is proposed to explain the effect on tides during the equinox-solstice cycle.
       
  • Les livres
    •  
  • Vie de la société
    •  
  • Saviez-vous que…
    •  
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2015