for Journals by Title or ISSN
for Articles by Keywords
help
Followed Journals
Journal you Follow: 0
 
Sign Up to follow journals, search in your chosen journals and, optionally, receive Email Alerts when new issues of your Followed Jurnals are published.
Already have an account? Sign In to see the journals you follow.
Muséologies : les cahiers d’études supérieures
   Follow    
   Full-text available via subscription Subscription journal
     ISSN (Print) 1717-5181 - ISSN (Online) 1929-7815
     Published by Érudit Homepage  [99 journals]
  • Préambule
    • Abstract: Alessandra Mariani
       
  • Musées et virtualité : un univers de reconnaissance
    • Abstract: Marie-Blanche Fourcade ,Anik Meunier
       
  • Musées et visites virtuelles : évolutions et
           possibilités de développement
    • Abstract: Marc Terrisse : Le développement des visites virtuelles liées aux musées a débuté avec l’explosion d’Internet dans les années 1990. Tout en mettant en avant le caractère irremplaçable des visites réelles, les objectifs de ces premiers systèmes virtuels se focalisent sur une diffusion d’oeuvres numérisées à l’intention des spécialistes et du grand public. Les buts poursuivis sont à la fois éducatifs, scientifiques et touristiques, notamment dans le cas des publics éloignés. Les derniers procédés virtuels de visites comme le Google Art Project, malgré un degré de réalisme jusque-là inégalé, ne changent pas la donne quant aux usages identifiés lors de l’apparition des premières visites virtuelles. Toutefois, en parallèle à la multiplication des supports utilisant Internet et aux progrès technologiques à venir, l’ensemble de ces procédés encore perfectibles offre des possibilités de développement importantes. : The development of virtual tours related to museums began with the explosion of the Internet in the nineties. While highlighting the indispensability of real visits, the objectives of the first virtual systems focus on spreading works of art dedicated to specialists and the general public. The goals are educational, scientific and touristic, especially when it comes to remote audiences. The latter processes related to virtual visits, such as the Google Art Project, despite a very high degree of realism, do not change the situation related to the uses identified in the first virtual tours. However, in parallel with the proliferation of media using the Internet and future technological advances, all these processes can still be improved and they offer significant development opportunities.
       
  • Partager le patrimoine numérique, construire le territoire en ligne
    • Abstract: Marie-Blanche Fourcade : Les expositions virtuelles fleurissent sur la toile. Les inventaires patrimoniaux et les collections muséales en ligne se structurent et s’enrichissent, tissant de denses réseaux de connaissances dans le cyberespace. Des projets de musées virtuels de plus en plus audacieux voient progressivement le jour. Le champ de la cybermuséologie se construit ainsi dans l’entrecroisement d’un héritage institutionnel fort et de pratiques en constant développement. Si l’on s’intéresse de prime abord à la frénésie technologique qui justifie le renouvellement des pratiques et l’intérêt des publics, il faut cependant, pour quelques instants, abandonner la forme pour tenter de comprendre les projets qui sous-tendent de tels déploiements. Les expériences de collaboration citoyenne et communautaire qui visent la conservation et la diffusion d’un petit patrimoine tantôt matériel, tantôt immatériel, offrent à cet égard un terrain remarquable pour saisir les dynamiques sociales, identitaires à l’oeuvre dans le virtuel. À travers l’étude de trois projets associés à la collecte de mémoires – Dane Wajich. Contes et chants : les rêveurs de leur terre (2007), le Musée de Toronto en ligne (2011) et Sacrée montagne (2011) –, nous tenterons de dégager quelques contributions possibles de la cybermuséologie à la mise en valeur d’un patrimoine parfois méconnu, voire invisible, et de saisir les effets sur la constitution de territoires alternatifs d’appartenance. : Virtual exhibitions abound on the Web. Heritage inventories and museum collections become increasingly more structured and are enhanced by spreading dense knowledge networks through the cyberspace. Periodically, new and more ambitious virtual museum projects become reality. The cybermuseology field expands by using a strong mix of institutional heritage and practices that are constantly evolving. If we take a look at the technology frenzy justifying the ever-growing interest of the different publics, and thus the new practices, we must forget about the form and rather focus on the essence of the projects at the root of such deployments. The citizen)—and community)—based collaborative projects aiming at the preservation and diffusion of a limited part of material and immaterial heritage offer a remarkable experimental field making it possible to seize the social dynamics that are the underlying identities at work in the virtual domain. By studying three projects aiming at collecting memories—Dane Wajich. Contes et chants : les rêveurs de leur terre (2007), the Online Toronto Museum (2011), and Sacrée nontagne (2011)—we will try to outline some of the potential contributions of cybermuseology in valuing a part of the heritage that is sometimes barely recognized, or simply invisible, and also try to understand their repercussions on the constitution of alternative common grounds.
       
  • L’expographie numérique ou la question du
           « comment » !
    • Abstract: Dominique Gélinas : L’engouement des musées pour les technologies de l’information dans la diffusion du patrimoine culturel n’est plus à nier. Si les raisons et les avantages pour lesquels les institutions muséales doivent se lancer dans l’aventure numérique – visibilité, attractivité, accessibilité, etc. – sont désormais bien connus, l’homogénéité des usages identifiés dans de nombreuses institutions questionne la réelle portée des transformations qu’occasionne l’entrée du numérique au musée. Le « pourquoi » laisse alors place au « comment », questionnement qui demeure un terrain moins bien connu de la rencontre entre musée et technologies. Comment pouvons-nous remplir l’espace numérique ? Comment pouvons-nous organiser le contenu muséal dans le numérique afin qu’il soit significatif et surtout appropriable par le public ? Dans ce contexte, le présent article questionne plus particulièrement l’expographie numérique sur trois plans. Tout d’abord, les dispositifs et l’interface ; ensuite, la perception de l’expographe à l’égard des technologies et le traitement qu’il fait du contenu ; finalement, les publics avec leurs besoins réels et leurs utilisations. : The museums’ interest for using information technologies in the transmission of cultural heritage can no longer be denied. Although the motivations and advantages for museums to follow the digital trend are now well known—visibility, attractiveness, accessibility, etc.—the homogeneity of the practices identified among many institutions bring into light the true extent of the transformations induced by the introduction of digital technologies in museums. The issue now, from knowing “why” becomes “how” and it remains more or less an unknown variable when museum culture meets technology. How can we efficiently fill in the digital space ? How can we organize the content of a museum in a digital format and maintain its significance while keeping the public interested and involved ? With that in mind, this article examines in detail three aspects of digital expography : the mechanisms and the interface, the exposer’s perception regarding technologies and processing of the content, and finally the true needs of the public and their ways of viewing these digital collections.
       
  • Les planétariums numériques : Des musées virtuels pour
           découvrir la science d’aujourd’hui
    • Abstract: Walter Guyot ,Hélène Courtois ,Jacques Toussaint : Notre travail souhaite étendre le concept de cybermusée depuis les activités de médiations pratiquées dans les actuels planétariums numériques vers des activités de formation du public. Notre hypothèse est que ces équipements d’éducation et de culture, véritables environnements virtuels immersifs, offrent aux visiteurs un cadre technologique nouveau en lien direct avec un domaine de la science qui s’élabore, la cosmographie, dans son contexte de production. L’un des objectifs que nous affectons à ces outils est de faciliter la construction de connaissances par les visiteurs en prenant appui sur des données de recherche en cours. : Our study’s concern is about how to enlarge the scope of the virtual museum concept from the mediation activities as they are carried out in today’s digital planetariums to training activities dedicated to the public. We assume that these educational and cultural tools must be regarded as real immersive virtual environments and therefore can provide visitors with a new technological framing directly connected with a scientific field in the making, cosmography, in its production environment. One of our goals is to make visitors construct their own knowledge based directly on ongoing research data.
       
  • Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une
           exposition d’art
    • Abstract: Alice Chatzimanassis : Une évaluation a été menée en avril 2010 au musée d’Ixelles, à Bruxelles. Au moyen d’entretiens conduits à la sortie du musée, il s’agissait d’identifier et de comprendre les modes d’appropriation et le comportement des visiteurs envers le dispositif textuel dans deux expositions en cours, à savoir EL CUBISMO. Cubism and its Context from the Fundación Telefónica Art Collection et Henri de Toulouse-Lautrec : La collection complète des affiches. Si l’importance du texte en tant qu’aide à l’interprétation dans les musées est aujourd’hui largement reconnue, l’enquête qualitative a permis de développer une réflexion sur les spécificités de l’écrit quand il est confronté à des oeuvres d’art et sur ses fonctions dans la pratique de contemplation et d’interprétation chez les visiteurs. : A survey was undertaken in April 2010 at the Museum of Ixelles, in Brussels. Interviews were conducted with visitors upon their leaving the site with the objective to identify and understand their modes of appropriation and their behaviours as regards the written notices used in two current exhibitions : EL CUBISMO. Cubism and its Context from the Fundación Telefónica Art Collection and Henri de Toulouse-Lautrec : La collection complète des affiches. If the importance of the text as an interpretation support in museums is now widely recognized, the qualitative survey has made it possible to further develop the reflection on the characteristics of the written tools when confronted to works of art, as well as their purpose in the visitors’ contemplation and interpretation practices.
       
  • Entretien avec Bernard Deloche
    • Abstract: Anik Meunier ,Marie-Blanche Fourcade
       
  • Entretien avec Monique Camirand
    • Abstract: Charlène Bélanger
       
  • Archéologie du numérique
    • Abstract: Alessandra Mariani
       
 
 
JournalTOCs
School of Mathematical and Computer Sciences
Heriot-Watt University
Edinburgh, EH14 4AS, UK
Email: journaltocs@hw.ac.uk
Tel: +00 44 (0)131 4513762
Fax: +00 44 (0)131 4513327
 
About JournalTOCs
API
Help
News (blog, publications)
JournalTOCs on Twitter   JournalTOCs on Facebook

JournalTOCs © 2009-2014